Content

Accès à l'eau potable et promotion de bonnes pratiques d'hygiène à Hawassa, Ethiopie

Organisation de l'exploitation

Le suivi et la maintenance incomberont aux personnes formées lors de la mise en œuvre du projet. Ils s’occuperont de l’entretien, de la réparation et du remplacement des divers composants des réservoirs. Des composants supplémentaires seront achetés pour permettre leur remplacement à long terme. Une fois le projet terminé, la responsabilité des réservoirs sera répartie comme suit:
Zones urbaines et périurbaines : la responsabilité sera confiée à l'autorité locale de l'eau
Zones rurales : la responsabilité sera confiée aux comités de l’eau participatifs dans les communautés rurales.

Formation

La formation du personnel de la société locale d’approvisionnement en eau potable sera garantie par une formation continue proposée par l’Université de Hawassa, soutenue par le savoir-faire universitaire de SUPSI (par exemple avec les CAS «Gestore di acquedotti» et « Water Sanitation and Hygiene in development and humanitarian contexts ») et celui des expériences précédentes de SAED.

Financement de l'exploitation

La société des eaux potables dispose déjà de tarifs et de compteurs distribués dans les ménages, qui ne desservent toutefois que les groupes de population bénéficiant de meilleures conditions économiques. Pour les couches les plus vulnérables de la population, sans compteurs, l'eau est vendue dans de simples bidons de 20 litres (0,5 Birr chacun, plus 5 à 10 Birr pour le transport). Pour ce type d’approvisionnement d’eau, un taux légèrement supérieur sera évalué pour la fourniture d'eau potable, c'est-à-dire chlorée et exempte de contaminants fécaux. En plus de cela, la vente de produits pour la chloration de l’eau générera des ressources financières destinées à garantir l’avenir du projet.

Le tarif de l'eau est déjà en place (voir ci-dessus)

Potentialités / risques

- acceptation du système par la population.
- acceptabilité de l'arrière-goût de chlore, en cas de surdose.
- problèmes de structure des réservoirs.
- dangers de la production d'hypochlorite de sodium (électrochocs, inhalation de gaz, brûlures, explosivité).
- problèmes de fonctionnement des doseurs automatiques.
- résistance au changement de comportement vis-à-vis des bonnes pratiques d'hygiène.
- risque lié aux conflits ethniques traditionnellement présents en Éthiopie et en particulier à Hawassa.

- campagnes de sensibilisation pour souligner l’importance de la désinfection de l’eau.
- la construction des réservoirs sera suivie par du personnel expérimenté dans l'utilisation du ferrociment.
- la solution d'hypochlorite de sodium WATA est moins concentrée et corrosive que l'eau de Javel. Dans la production et dans le traitement, des lunettes et des gants de protection seront utilisés par les opérateurs.

 

 

» Retour

 

Organisation: Associazione SAED Etiopia

Pays: Éthiopie

Début: 01.04.2019

Fin: 31.03.2022

Ville / Pays: Ville, Village

Remarques:

Bénéficiaires: 10000 personnes

Montant total: CHF 165'000

Solde à financer: CHF 165'000